Elle risque deux ans de suspension...

Henriette Henry, inspectrice du travail à Cayenne (Guyane), est convoquée ce 20 avril devant une commission de discipline à Paris pour « propos racistes ». Pourtant, c’est bien sa supérieure hiérarchique qui avait commencé par la qualifier de «négresse ».

« Je passe devant le bureau de cette dame, la porte était ouverte, elle a commencé à rigoler et j’ai entendu quelque chose qui se terminait par ‘négresse’ », raconte-t-elle. Là, Henriette Henry craque, après 5 ans de remarques et de propos déplacés. « J’y suis retournée après pour lui dire que ce n’était plus possible. Je lui ai dit devant tout le monde que j’étais ici chez moi, que je n’en pouvais plus », explique-t-elle.

A cause de cette remarque, Henriette Henry va être jugée pour racisme. De son côté, elle assure qu’elle a des preuves qui confirment la malveillance de certains collègues : des mails, des écrits, des témoins. « Elle a écrit à sa hiérarchie en Guyane, à la hiérarchie ministérielle, elle a déposé plainte, mais tout ça est resté sans suite », selon Me Anthony Thiers.

Sa supérieure, elle, n’a pas été appelée devant la commission. Cependant, elle pourrait quand même être sanctionnée en interne, mais moins durement. Ses paroles sont jugées « moins graves » car elle ne les a pas proférées en public.

Henriette Henry risque une rétrogradation et jusqu’à deux ans de suspension. L’inspection du travail aurait déjà été mise en cause pour sa mauvaise gestion d’affaires similaires.

Source

Conversations Facebook