Séparation douloureuse !

Szenja et Snowflake, vivaient en parfaite harmonie, les deux meilleures amies faisaient le bonheur des internautes. Mais voici qu'une douloureuse épreuve les attend, elles ont tout partagé ensemble. La douloureuse séparation : Toujours plus loin, toujours plus sombre : le SeaWorld de San Diego (États-Unis) pleure la mort subite de l’une de ses ourses polaires « star » après l’avoir séparée de sa meilleure amie pour la première fois, en 20 ans.

Elle avait 21 ans. Elle s’appelait Szenja. Et elle serait décédée ce mardi 18 avril des suites d’un "chagrin d’amour". Un décès survenant quelques semaines après le transfert de Snowflake, sa colocataire depuis deux décennies, attendue au zoo de Pittsburgh afin de procréer. Résultat ? Une perte drastique d’appétit, un manque total d’énergie pour Szenja, qui se serait, peu à peu, laissée gagner par la mort.

« Szenja était un membre chéri de notre famille [à Seaworld], c’est un jour très difficile pour nous » avait déclaré Al Garver, la vice-présidente des opérations zoologiques de SeaWorld San Diego, au Sandiegounion Tribune mardi dernier, « Szenja n’a pas seulement touché le cœur de ceux qui ont travaillé à ses côtés depuis près de 20 ans, mais aussi des millions de visiteurs qui ont eu la chance de la voir en vrai. Nous sommes fiers d’avoir pu la compter parmi nous. »

Bad buzz pour SeaWorld, alors que le directeur général de la PETA (« People for the Ethical Tratment of Animals », « Les personnes solidaires d’un traitement éthique des animaux », Joel Manby, avait expressément demandé à l’établissement aquatique de ne pas transférer Snowflake loin de Szenja, lorsqu’il avait appris les procédures en cours, le 1er février dernier. L’éloignement des deux ourses avait suscité, du côté du Web, une pétition recueillant plus de 55 000 signatures.

La vice-présidente de l’organisation internationalement reconnue pour sa vigueur dans le combat de la maltraitance des animaux, Tracy Reiman, s’est depuis exprimée à son tour : « Szenja est morte d’avoir le cœur brisé, après avoir perdu sa compagne depuis plus de 20 ans, alors que le zoo de Pittsburg n’était intéressé que par la reproduction d’encore plus d’ours polaires, plus misérables les uns que les autres. »

Un énième tollé pour le parc d’attractions américain, après le documentaire très médiatisé « Blackfish », et nombre de critiques à l’égard de l’élevage d’orques en captivité.

source

Conversations Facebook